UNE PILULE DIFFICILE A AVALER

Depuis une quinzaine d'années, de plus en plus de femmes arrêtent la pilule contraceptive. J'ai très envie de vous en toucher un petit mot. J'ai envie de vous dire à quel point elle est banalisée et dans le même temps à quel point ses effets non désirés sont nombreux. Ce qui m'amènera inéluctablement à vous parler de la contraception au naturelle. Combien les méthodes sont variées, souvent complexes et décourageantes. La bonne nouvelle c'est qu'il existe des méthodes très simples et très efficaces. J'ai aussi envie de vous dire à quel point c'est démesuré la façon dont nous, les femmes, sommes systématiquement et profondément désinformées sur ces deux sujets qui pourtant nous touchent de si près.

 

Le véritable problème dans ce dossier n'est pas tant le nombre de dégâts que les femmes vont se prendre de plein de fouet. Personnellement ce qui me dérange le plus c'est que la désinformation a tellement bien fait son travail que des milliers de femmes vont diront qu'elles n'ont pas le choix. Pas le choix de prendre la pilule. « Il n'y a pas d'autres alternative fiable ». Pas d'autre choix que de payer le prix fort. Pas d'autre choix que de sacrifier sa libido, pour la plupart, sur l'autel du contrôle des naissances. Je trouve cela fort cher payé, surtout quand on sait qu'il existe plusieurs autres possibilités.

 

Bref. Il y a environ quatre ans j'ai arrêté de prendre la pilule. Cette décision je l'avais bien réfléchie, bien préparée et elle avait fait l'objet de plusieurs discutions avec mon époux. En fait nous avons dû explorer mes peurs et les siennes avant de continuer à avancer sur ce chemin-là. Le premier constat fut donc que la contraception naturelle se vit à deux. Finalement ça tombe sous le sens. Ensuite ce qui m'a le plus frappé au fur et à mesure des mois qui s'écoulaient c'est à quel point je récupérais mes sensations, mon corps et mes ressentis. Je pouvais de mieux en mieux me reconnecter à mon cycle, en accueillir les différentes phases et même les exploiter.

 

Alors oui, parlons de cette pilule, de ce médicament. Pourtant à chaque fois que je demande à une femme sous pilule si elle prend un médicament sa réponse est toujours négative. De plus les pilules contraceptives contribuent au problème des perturbateurs endocriniens. Donc lorsque j'anime des formations à la contraception naturelle je suis l'heureuse témoin de femmes qui non seulement observent la fin d'une série d'effets non désirés : humeur maussade, pertes de cheveux, prise de poids, pensées confuses, hypertension, fatigue chronique, anémie, migraines, infections urinaires et vaginales. Mais également ont diminué le risque de voir leurs hormones s'affoler : troubles thyroïdiens, cancer du sein, cancer de l'utérus, troubles ovariens, kystes ovariens et endométriose. Et pour parler franchement, il existe une telle chape de plomb autour de cette pilule que seront également volontiers passés sous silence les liens avec les thromboses, le diabète, le cholestérol et les allergies alimentaires.

 

Forte de mon expérience, je peux vous dire que le comptage reste la plus solide des méthodes. Le comptage, avec ou sans applis sur votre smartphone pour vous accompagner, mais toujours combiné à une seconde méthode. L'idée étant principalement d'éviter les protocoles ultra complexes et pas à la portée des femmes actives tels que : la symptothermie, la prise de la température basale, la glaire cervicale, etc.

 

Car oui, la femme est changeante et c'est là sa véritable force. Jamais cela ne devrait être perçu comme une faiblesse. Et il est illusoire de s'acharner à vouloir façonner les femmes à la constance.

 

 

 

 

Pour aller plus loin :

 

Végétalement Vôtre c'est aussi la possibilité d'être accompagné en consultation pour :

  • un souhait de conception
  • l'arrêt de contraceptions hormonales
  • de la fatigue chronique
  • un cycle menstruel en déséquilibre