Retrouvez ici les articles de mon blog, et n'hésitez pas à les partager, merci !

 

Pour les recevoir dans votre boite mail, inscrivez-vous à la newsletter (pas de spam, promis!)

LE BLOG

Laissez-moi vos commentaires

UNE PILULE DIFFICILE A AVALER

Depuis une quinzaine d'années, de plus en plus de femmes arrêtent la pilule contraceptive. J'ai très envie de vous en toucher un petit mot. J'ai envie de vous dire à quel point elle est banalisée et dans le même temps à quel point ses effets non désirés sont nombreux. Ce qui m'amènera inéluctablement à vous parler de la contraception au naturelle. Combien les méthodes sont variées, souvent complexes et décourageantes. La bonne nouvelle c'est qu'il existe des méthodes très simples et très efficaces. J'ai aussi envie de vous dire à quel point c'est démesuré la façon dont nous, les femmes, sommes systématiquement et profondément désinformées sur ces deux sujets qui pourtant nous touchent de si près. Le véritable problème dans ce dossier n'est pas tant le nombre de dégâts que les femmes vont se prendre de plein de fouet. Personnellement ce qui me dérange le plus c'est que la désinformation a tellement bien fait son travail que des milliers de femmes vont diront qu'elles n'ont pas le choix. Pas le choix de prendre la pilule. « Il n'y a pas d'autres alternative fiable ». Pas d'autre choix que de payer le prix fort. Pas d'autre choix que de sacrifier sa libido, pour la plupart, sur l'autel du contrôle des naissances. Je trouve cela fort cher payé, surtout quand on sait qu'il existe plusieurs autres possibilités. Bref. Il y a environ quatre ans j'ai arrêté de prendre la pilule. Cette décision je l'avais bien réfléchie, bien préparée et elle avait fait l'objet de plusieurs discutions avec mon époux. En fait nous avons dû explorer mes peurs et les siennes avant de continuer à avancer sur ce chemin-là. Le premier constat fut donc que la contraception naturelle se vit à deux. Finalement ça tombe sous le sens. Ensuite ce qui m'a le plus frappé au fur et à mesure des mois qui s'écoulaient c'est à quel point je récupérais mes sensations, mon corps et mes ressentis. Je pouvais de mieux en mieux me reconnecter à mon cycle, en accueillir les différentes phases et même les exploiter. Alors oui, parlons de cette pilule, de ce médicament. Pourtant à chaque fois que je demande à une femme sous pilule si elle prend un médicament sa réponse est toujours négative. De plus les pilules contraceptives contribuent au problème des perturbateurs endocriniens. Donc lorsque j'anime des formations à la contraception naturelle je suis l'heureuse témoin de femmes qui non seulement observent la fin d'une série d'effets non désirés : humeur maussade, pertes de cheveux, prise de poids, pensées confuses, hypertension, fatigue chronique, anémie, migraines, infections urinaires et vaginales. Mais également ont diminué le risque de voir leurs hormones s'affoler : troubles thyroïdiens, cancer du sein, cancer de l'utérus, troubles ovariens, kystes ovariens et endométriose. Et pour parler franchement, il existe une telle chape de plomb autour de cette pilule que seront également volontiers passés sous silence les liens avec les thromboses, le diabète, le cholestérol et les allergies alimentaires. Forte de mon expérience, je peux vous dire que le comptage reste la plus solide des méthodes. Le comptage, avec ou sans applis sur votre smartphone pour vous accompagner, mais toujours combiné à une seconde méthode. L'idée étant principalement d'éviter les protocoles ultra complexes et pas à la portée des femmes actives tels que : la symptothermie, la prise de la température basale, la glaire cervicale, etc. Car oui, la femme est changeante et c'est là sa véritable force. Jamais cela ne devrait être perçu comme une faiblesse. Et il est illusoire de s'acharner à vouloir façonner les femmes à la constance.    Pour aller plus loin :« J'arrête la pilule », Sabrina Debusquat, Ed. LLL« La femme optimale », Miranda Gray, Ed. Le courrier du livrehttps://www.alternativesante.fr/contraception/la-contraception-naturelle-quelles-alternatives-a-la-pilule Végétalement Vôtre c'est aussi la possibilité d'être accompagné en consultation pour :un souhait de conceptionl'arrêt de contraceptions hormonalesde la fatigue chroniqueun cycle menstruel en déséquilibre                

POURQUOI JE NE PORTE PAS LA BLOUSE BLANCHE?

 Tout a commencé lorsque nous étions en travaux pour le magasin. Je me suis posée une question qui, au début, m'a semblé banale mais qui a finit par prendre une importance de taille dans ma tête : blouse blanche ou pas blouse blanche? J'ai fini par rester plusieurs semaines sur cette interrogation. Ton apparence c'est quand même la première chose que les gens voient en pénétrant dans le magasin. C'est l'image que tu dégages. C'est l'image de ton magasin. Et puis, j'avais vu des collègues herboristes être en blouse blanche dans leur magasin. Au début j'avais trouvé que c'était une bonne idée mais il y avait un mais, quelque chose m'embêtait... Ensuite j'ai fait mon choix. Un choix bien réfléchis. Posé. Consciencieux même. Un choix qui m'a pris du temps. J'ai tellement pesé le pour et le contre. J'ai tellement hésité. Certes, j'ai cogité de la même manière pour chaque détails de la déco, pour les meubles, pour les couleurs sur les murs, pour le choix des produits dans les rayons, pour le cousin qui est sur ma chaise de bureau, pour la couleur du téléphone,... Bref, c'était ma grande aventure du moment. Et voilà que je tombe sur cet article de Aviva Romm ! Aviva Romm est une médecin américaine, sage-femme, herboriste et médecin spécialisée en médecine intégrative. Son article s'appelait "Pourquoi je ne porte pas la blouse blanche?", tu parles si ça m'a interpellé! Surtout de la part de quelqu'un qui possède un diplôme de médecine. J'ai voulu en savoir plus donc je me suis empressée de dévorer son article qui était super pertinent et dans lequel je me suis complètement retrouvée. Elle y explique qu'en tant que médecin elle est passée par la cérémonie de la blouse blanche, c'est une cérémonie qui existe et qui est super sérieuse : en fin d'études les médecins se voient remettre leur blouse blanche de façon très officielle. J'ai retrouvé des traces de cette cérémonie dans plusieurs pays. Le docteur Romm explique ensuite ceci, elle dit : "Porter cette blouse blanche a des effets incroyables sur les autres (...), c'est un symbole de fiabilité, donc les gens croient ce que vous dites – et cela juste parce que vous la portez. La bouse blanche en elle-même est vraiment l'incarnation de l'autorité et de la propreté." Elle explique ensuite que porter cette blouse "magique" te donne le pouvoir de faire des choses étonnantes : comme consacrer à peine vingt minutes à un patient qui a attendu ce rendez-vous pendant des semaines voir des mois, demander au gens de se déshabiller, plonger dans les aspects les plus intimes de leur vie, prendre des décisions sur la vie et la mort des gens, ... ou commettre des erreurs et ne jamais s'en excuser. Bien sûr, continue-t-elle, on nous dit que porter cette blouse blanche implique également des responsabilités dont la première est le fondement même du serment d'Hippocrate et qui dit "tu ne nuiras point". Bon évidement cela ne fonctionne que si on est d'accord sur ce qui nuit ou pas... Ce vêtement a pour effet d'installer une hiérarchie entre les ceux qui le portent et ceux qui ne le portent pas : je suis l'important thérapeute et toi tu es le patient. Mais il y a le revers le médaille! La blouse blanche induit aussi énormément de stress chez les patients. Aviva Romm nous explique qu'entre eux ils appellent ça "l'hypertension de la blouse blanche": il s'agit d'un phénomène où la tension de la personne dans le cabinet du médecin est assez élevée pour se voir diagnostiquer une hypertension. La personne est soumise à une médication si cela arrive lors de deux rendez-vous différents. Sauf qu'aujourd'hui il n'y a pas que les médecins qui portent une blouse blanche. Et c'est là qu'on commence à jouer sur les confusions et que pour les patients/clients cela peut devenir déroutant. Il existe des site de bien-être ou de compléments alimentaires qui montrent des personnes en blouse blanche dans un but de marketing uniquement. Comment voulez-vous que les gens puissent trier de façon pertinente les informations de santé en lesquelles ils peuvent avoir confiance?! Porter une blouse signifie avoir une autorité médicale. Porter une blouse blanche signifie "ayez confiance". Porter une blouse blanche signifie "je possède des informations précises & scientifiques et je fais partie d'une profession de santé reconnue et protégée". Et les études démontrent que, en général, les gens ne remettent pas en question les autorités médicales! Chez Végétalement Vôtre vous êtes donc accueilli par une personne qui porte un tablier beige. Parce que, comme le dit si bien le docteur Romm, la blouse blanche est un uniforme obsolète qui appartient à une vision de la santé tout aussi obsolète. Il est temps, dit-elle, d'avoir un partenariat entre les patients et les thérapeutes et non plus une séparation qui sous-entend une supériorité de savoirs représentée par cette blouse blanche. Bien entendu, nous souhaitons que les gens nous fassent confiance et soient convaincu que nous possédons des informations qui font autorité en la matière mais nous ne souhaitons pas pour autant intimider parce que l'intimidation ne peut pas mener à être honnête avec l'autre, ni à se sentir confortable dans la relation qui doit se nouer. Tout comme le docteur Romm je suis intimement persuadée que la relation est fondamentale dans la relation thérapeutique. Une relation qui implique de la congruence et de l'honnêteté. Il nous faut aujourd'hui bâtir de nouveaux modèles de santé et de soins qui répondent à de nouvelles exigences.      

...
...