Quelles plantes durant la grossesse ?

 

 

Etre enceinte, en voilà une aventure! 

 

 

Tout change! Vos perspectives d’avenir, votre façon de voir la vie, votre rapport à votre corps, votre quotidien et cela sans parler des changements majeurs et irréversibles qui seront présents une fois que bébé sera là!

 

Les nausées, les remontées acides, la constipation, les jambes lourdes, le nerf sciatique, les insomnies, les douleurs dorsales et la liste est longue de ce que peuvent vivre les femmes enceintes. D’autres symptômes sont quant à eux d’ordre psychique comme la dépression, les crises d’angoisse, etc. En générale, au cours des consultations avec la sage-femme et la gynécologue, ces différents maux sont évoqués et des pistes médicamenteuses sont parfois envisagées. 

 

Vous vous en doutez, en tant qu’herboriste, j'aime vous faire découvrir d'autres chemins. Je ne dis pas non plus que dans certains cas, ce n'est pas nécessaire. J’invite juste les femmes à faire usage des méthodes plus naturelles lorsque les circonstances le permettent. 

 

Beaucoup de mythes entourent la grossesse. Les astuces, les remèdes et les différentes techniques pour se débarrasser des différents désagréments ou pour accélérer l’accouchement sont nombreux sur le net. Et il en est de même lorsqu’il s’agit des plantes. Je vous invite par ailleurs à regarder l’une de mes dernières vidéos sur le framboisier et la grossesse que j'ai postée précisément pour un peu mettre de l'ordre dans tout cela!

 

Les raisons les plus fréquentes pour lesquelles les femmes enceintes souhaitent consommer des plantes sont souvent:

 

  • les nausées
  • les vomissements
  • les infections urinaires
  • les problèmes gastro-intestinaux  
  • la stimulation du travail

 

Et par la suite: 

 

  • les problèmes de lactation
  • les hémorragies et les dépressions post-partum

 

En effet, les plantes peuvent aider à l’amélioration des symptômes précités, mais attention à ne pas les consommer n’importe comment! L’article d’aujourd’hui a justement pour objectif la recherche d'une approche plus consciente des plantes et de leur utilisation lors d’une grossesse.

 

Les plantes sont-elles un danger pour la grossesse? 

 

 

 

 

 

En consultation ou au comptoir, les demandes des femmes à la recherche d'une plante miraculeuse sont diverses et variées: il y a celle qui cherche à user des pouvoirs des plantes pour augmenter sa fertilité, celle qui aimerait lutter contre les symptômes désagréables par l'une ou l'autre potion et celle qui souhaiterait un remède pour un accouchement sans douleur. Et puis, il y a celles qui ont lu des tonnes d’articles sur le net et qui viennent se procurer des plantes, sans avoir aucune idée de quoi faire avec. 

 

Les plantes peuvent  être des alliées considérables, mais restons vigilants à les utiliser à bon escient et surtout, à consommer celles qui sont adéquates et dans les dosages efficaces. Car je le rappelle, ce qui est naturel n’est pas nécessairement sans danger. Je ne peux donc que vous inviter, surtout lorsque vous portez la vie en vous, à faire attention à votre santé et à celle de votre enfant.

 

Tout le savoir que nous avons sur la consommation des plantes et des herbes pendant la grossesse provient de preuves historiques, empiriques et observationnelles. Certaines études pharmacologiques et animales viennent parfois s’y ajouter. Les plantes ayant des effets secondaires ou des risques de danger sur la grossesse sont minimes et lorsque cela se produit, il en ressort très rapidement que l’utilisation ou le dosage n’ont pas été respectés. Mais je préfère avertir : cela n'exclut pas le fait qu’un risque existe malgré l’absence de preuves. Il est possible parfois de se rendre compte qu’un effet secondaire était dû à la plante uniquement après que l’on ait arrêté sa consommation ou après avoir cessé de la consommer en synergie avec d’autres plantes par exemple. Cependant, le principe appliqué aux médicaments n’est guère différent. De nombreux médicaments  sont prescrits aux femmes enceintes sans pour autant qu’ils aient été prouvés sans danger. Le principe qui consiste donc à être entièrement à l’écoute de son corps et des signaux qu’il nous envoie prévaut en toute circonstance. Comme je le répète souvent, il n’existe pas une seule et unique plante pour une problématique donnée. Les herbes peuvent avoir tellement d’effets différents d’une personne à l’autre qu’il est impossible d’appliquer une seule théorie pour tous les êtres humains. 

 

Les écoles de pensée sur l’utilisation des plantes pendant la grossesse divergent. Pour certains, elles sont à proscrire lors d’une grossesse tant que les études scientifiques ne permettent pas de prouver que le danger est nul. Pour d’autres, elles peuvent être une source considérable de nutriments pendant la grossesse et peuvent soutenir la santé de la femme enceinte ainsi que sa fonction utérine. Pour d’autres encore, il s’agit d’évaluer le risque/bénéfice en tenant compte du degré de sécurité de chaque plante, de la gravité du symptôme ou de la condition et d’en faire le parallèle avec la sécurité que propose l’approche médicale conventionnelle. 

 

Bien évidemment, l’herboristerie n’a pas les pleins pouvoirs. Certains cas devront par conséquent impérativement bénéficier d’un suivi médical attentionné tel que lors de saignements vaginaux importants et persistants par exemple ou une rupture des membranes avant 37 semaines ou encore des douleurs pelviennes ou abdominales sévères, des maux de tête accompagnés d’une vision floue, etc. 

 

 

Que prendre en compte pour une utilisation des herbes pendant la grossesse?

 

 

Comme beaucoup de choses qui sont à éviter lors des 3 premiers mois, la prise de plantes et d’herbes est déconseillée durant cette période. Pour la suite de la grossesse, on optera pour des plantes douces et réputées pour être sans danger, le tout de manière modérée. Leur consommation aura en priorité pour objectif d'amener un apport nutritif. Je fais notamment référence au framboisier, à la menthe verte, à la camomille, l’ortie, la mélisse,etc. 

 

Si vous avez des symptômes particuliers, des désagréments, etc. et que vous souhaitez y remédier naturellement, ne vous lancez pas seule dans une cure sans l’avis de votre herboriste, de votre sage-femme ou d’une personne formée à l’utilisation des plantes. Et surtout dès le moindre effet secondaire, consultez-les et arrêtez la prise de plantes! 

 

En plus de votre grossesse, il est possible que vous tombiez malade, comme tout le monde, en attrapant une grippe, un rhume, un mal de tête, une indigestion, etc. pour lesquels la consommation de plantes pourra vous être tout aussi utile et inoffensive que certains médicaments en vente libre.

 

Ce tableau reprend des exemples de plantes qu'il est possible d'utiliser lors d'une grossesse:

 

 

traduit de l'anglais :https://avivaromm.com/wp-content/uploads/2015/03/Herbs-safe-in-pregnancy.jpg

 

 

Par contre, d’autres plantes sont à éviter, voire interdites lors d’une grossesse. Dans certains cas, il faudra ne les consommer que lors d’une très courte période et uniquement si cela est nécessaire. Pour d’autres, elles seront à proscrire absolument. 

 

Dans le cas de la réglisse par exemple, elle peut être consommée pour un mal de gorge par exemple, le temps d’une semaine. A plus long terme, elle deviendra contre-indiquée, surtout si vous souffrez d'hypertension. Son utilisation excessive pouvant provoquer une naissance prématurée, les conditions d’utilisation sont à respecter scrupuleusement.

 

 

Quant à l’utilisation des plantes par voie vaginale par exemple (comme lors d’une infection vaginale), la plupart des plantes sont considérées comme inoffensives. Certaines, réputées pour être toxiques (le thuya, etc.) sont par contre déconseillées que ce soit pour une utilisation par voie interne ou vaginale. Pour leur utilisation par voie externe, votre herboriste sera plus apte à vous conseiller, en fonction des symptômes et du niveau de sécurité de la plante que vous souhaitez utiliser.

 

Si vous souhaitez trouver un tableau détaillé des plantes à absolument éviter durant la grossesse, celui de Aviva Romm (en anglais) pourra vous informer plus en détail sur la raison de leur danger. 

 

 


 

 

En conclusion

 

 

 

 

Avant d’entamer n’importe quel traitement, il est selon moi plus que nécessaire de revenir à un principe de base, celui qui consiste à faire confiance à notre corps.

 

Certes, la douleur n’est pas la sensation la plus agréable qu’il soit. Mais rappelez-vous que votre corps de femme a été conçu pour porter la vie et la donner. Votre corps sait donc parfaitement gérer la mise au monde et le mode d’emploi est inné en lui. Par conséquent, je ne peux que vous inviter à entamer un réel travail de lâcher-prise, tant sur le contrôle que vous souhaitez avoir sur votre corps et la douleur qu’il pourrait vous faire ressentir lors de l’accouchement par exemple, que pour le stress que vous pourriez ressentir tout au long de la grossesse. L’élimination de ces deux facteurs pourra vous permettre de vivre votre moment agréablement et de mieux gérer la douleur.

 

Mais surtout, n’oubliez pas de profiter de chaque moment de cette formidable aventure!

 

 

 

 

d'ASSYA L'HERBORISTE ​

le blog

 

L'auteure : 

Assya Garcez

Herboriste & Thérapeute

Retour à la liste

le shop en ligne