Six astuces pour conserver efficacement ses plantes

 

Si vous êtes un.e adepte des plantes, que vous en consommez régulièrement et que vous en avez assez pour composer vos remèdes, alors vous vous êtes certainement déjà demandé comment les conserver le plus efficacement possible. S’assurer de les maintenir dans les meilleures conditions c’est préserver leur puissance et toutes leurs vertus. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elles sont souvent séchées, afin de pouvoir en faire un usage fréquent, sans se soucier de la saison. L'objectif ici n'est cependant pas de faire l'unique promotion des plantes séchées. En fonction de l'effet désiré, certaines plantes sont à privilégier fraîches.

 

Il est important de distinguer les plantes qu'on fait sécher soi-même des plantes que l'on se procure chez l'herboriste et qui bénéficient d'une qualité de séchage professionnelle. Je reviendrai sur les quelques différences de conservation dans les points suivants. Cependant, les unes ne sont pas moins bonnes que les autres. L'achat des herbes en magasin spécialisé permet d'accéder à des plantes dont on est certain de l'identité, d'une qualité exempte de pesticides et d'un séchage qualitatif.

 

Quant à ceux qui souhaitent le faire eux-mêmes, je ne peux que les encourager. Car, comme je le rappelle souvent, l'herboristerie a pour objectif d'amener les gens vers l'autonomie à la santé. Privilégiez tout de même une récolte loin des zones cultivées ou de toute pollution et par temps sec. Il ne sera pas non plus nécessaire de rincer les plantes à l'eau, sauf s'il faut nettoyer les racines des résidus de terre.

 

 

 

Pour vous permettre de stocker vos médicinales le plus consciencieusement possible, voici six conseils à mettre en application :

 

 

1. Le lieu de conservation

 

L’humidité, l’oxygène, la lumière du soleil, la chaleur et le temps sont les principaux responsables de la dégradation de vos herbes séchées. Veillez donc à toujours les préserver dans un lieu sec, à l’abri du soleil. Quant au temps de conservation, il varie d’une plante à l’autre, et même d'une partie de la plante à l'autre. Les feuilles et les fleurs d’une plante séchée perdent, par exemple, plus rapidement de leur efficacité que les racines et les graines. En général, on parle d'un an de conservation vu que la nature nous redonne chaque année l'abondance pour la plupart des plantes.

 

 

2. Des herbes entières

 

S’il vous est possible de stocker l’herbe entière et de couper ou moudre au fur et à mesure la quantité dont vous avez besoin, votre herbe n’en gardera que plus longtemps sa fraîcheur et ses vertus. Ce mode de conservation n’est certes pas le plus facile et n’est pas toujours faisable. Certaines plantes seront plus facilement conservées entières que d’autres.

 

 

 3. Un séchage de qualité

 

Si vous cueillez des plantes fraîches et que vous souhaitez les sécher pour les conserver plus longtemps, veillez à ce qu’il n’y ai plus aucune humidité. Pour savoir si elles sont parfaitement sèches, il vous suffit de les frotter entre vos doigts. Si elles s’effritent et qu’elles sont comme “ croustillantes” au toucher, c’est qu’elles sont prêtes à la conservation. N’hésitez pas à les suspendre à l’envers ou à les poser près de votre radiateur par exemple pendant le temps de séchage.  Il est important que la température de la pièce reste stable et ne soit pas supérieure à 40°C. Au delà, certains composants médicinaux  et biochimiques des plantes peuvent être détruits, leur faisant perdre leur efficacité.

 

 

4. Les contenants

 

L’oxygène a tendance à altérer l’efficacité des plantes. Privilégiez donc un contenant hermétique pour les conserver telles que des bocaux en verre ou des boîtes métalliques. Evitez de préférence le plastique qui pourrait libérer des composants chimiques dans vos herbes et qui favorise l'apparition d'insectes nuisibles. Veillez également à les maintenir dans un endroit à l’abri du soleil, dans un placard fermé par exemple. Certains utilisent également des bocaux en verre de couleur foncée pour empêcher toute lumière potentielle. Si vous procédez vous-même au séchage, je vous invite à les conserver dans un premier temps dans un pot en carton ou dans un sachet kraft. Cela permet de les laisser respirer dans le cas ou il resterait encore de l'humidité.

 

5. Un endroit frais et sec

 

Les plantes séchées n’apprécient pas du tout la lumière et l’humidité. Pour augmenter votre durée de conservation, évitez de les laisser près d’une source de lumière ou d’humidité. Un cellier ou un placard sec feront parfaitement l’affaire. 

 

6. Étiqueter

 

Nous sommes certainement nombreux à avoir plusieurs bocaux de thym (ou d’autre choses)  sans savoir quel est le dernier en date. C’est pour cette raison qu’il est important de prendre le temps d'y inscrire directement les dates. Certaines herbes ont des durées de conservation allant de 1 à 3 ans. Bien qu’une plante correctement séchée et stockée n’a pas de date de péremption, certaines perdent de leur puissance avec le temps et sont à remplacer pour une meilleure efficacité. 

 

Pour résumer, sur vos bocaux, il vous faudra noter: 

 

  • le nom
  • le nom latin
  • la date de récolte (si elle est connue)
  • la date d'achat (le cas échéant)

 

Vous l’aurez compris, pour leur permettre de nous offrir le meilleur d’elles-mêmes, nos plantes et nos herbes sont à choyer. Quelques gestes simples mais efficaces permettront de leur assurer une belle et longue vie. 

 

d'ASSYA L'HERBORISTE ​

le blog

 

L'auteure : 

Assya Garcez

Herboriste & Thérapeute

Retour à la liste